en  ch 

La Famille Soubie

Photo ancienne

Le domaine a été acheté par Jean Léon SOUBIE (le grand père de l’actuel propriétaire) en 1938. Pendant plusieurs années il a travaillé en polyculture et produit du lait, du fromage, des céréales, du vin ou encore des pommes. En 1950, Jean-Léon Soubie plante 25 hectares de vignes hybrides suivis bientôt par des raisins de table, chasselas et muscat. Il fait le choix de diminuer la part du lait dans sa production et plante également des pêchers et 17 hectares de pommiers. La propriété s'agrandit en 1955 de deux nouvelles parcelles de 7 hectares chacune : Pétrus, la bien nommée, et Bourbon, toutes les deux attenantes à la propriété.


En 1965 Jean Léon est rejoint par son fils Jean Pierre qui vient d’être diplomé en oenologie. Celui-ci mène de front la culture des pommes et de la vigne et convertit plusieurs hectares en vigne d’AOC (appellation d’Origine Controlée). Jean-Léon Soubie décède en 1974 et Jean-Pierre Soubie devient ainsi le douzième propriétaire du Château de Lisennes.



Famille Soubie

Entre 1967 et 1986, Jean-Pierre arrache pommiers et anciens cépages hybrides pour les remplacer par des cépages nobles (Merlot et Cabernet), Lisennes s’ancre ainsi dans une viticulture de qualité. Dans le même temps le volume de cuverie est augmenté, passant de 1600 Hl à 8600 Hl, les chambres froides sont transformées en lieu de stockage pour le vin. Le volume de production passe à 400.000 bouteilles par an et le temps de la polyculture est révolu.

En 1987 la métamorphose de Lisennes est achevée et le domaine est alors composé de 46 hectares de vigne d’AOC.





Jean-Luc Soubie

Depuis quelques années c’est Jean-Luc Soubie (un des fils de Jean Pierre) qui a repris le flambeau. Il a orienté le domaine vers une viticulture plus respectueuse de l’environnement. En 2009 le château de Lisennes a obtenu deux certifications environnementales pour sa conduite du vignoble (Terra Vitis et Agriculture Raisonnée).
Dans la continuité de cette démarche, à partir de 2010, sept hectares de vigne ont été convertis en agriculture biologique.